PARTAGER

Réussir la transition écologique - France en commun

Se positionner en faveur de la sortie du nucléaire

Humblement, plusieurs arguments sont à avancer pour plaider en faveur de la sortie du nucléaire ; ces arguments sont écologiques, financiers, sécuritaires, mais aussi sociaux et démocratiques. Il est tout d'abord temps que le PCF rattrape son retard en matière écologique et affirme une volonté de sortie du nucléaire. Si les communistes sont traditionnellement attachés au nucléaire français, notamment de par son apport à l'industrie française et les emplois qui y sont attachés, sa dangerosité et le problème que représentent ses déchets sont bien trop massifs pour être occultés. De plus, le nucléaire coûte cher, avec plus de 220 milliards d'euros consacrés à la construction de centrales et réacteurs nucléaires et à peu près 200 autres milliards d'euros estimés pour le maintien de cette énergie en France, dont 100 milliards pour le carénage uniquement. En ce qui concerne les emplois, les solutions et plans existent. L'Ademe estime que pourraient être créés en France 900 000 emplois d'ici 2050 avec la transition énergétique : il s'agira pour le gouvernement à l'origine de la sortie du nucléaire d'assurer que ses emplois ne seront pas alors menacés et feront l'objet d'une transition aussi pour faire partie des 900 000 emplois évoqués par l'Ademe. Ensuite, la prise de position contre le nucléaire est bien sûr écologiste, et l'est d'autant plus quand on sait que l'extraction d'uranium est essentielle au nucléaire, et se fait à partir de pays tels que le Niger. Avec une présence des forces armées françaises dans les pays d'extraction s'ajoutant à un passé français colonial, et des liens entre dirigeants déjà exposés par la presse comme douteux, ce point de vue est donc appuyé tout d'abord par l'idée que le nucléaire n'est pas vecteur d'indépendance énergétique, au contraire, mais aussi par l'idée que l'écologie se doit plus que jamais d'être décoloniale. Je me permets d'appuyer cet argument avec la plainte des indépendantistes polynésiens contre la France pour crime contre l'humanité, suite à des essais nucléaires de la France dans la zone. Le lien entre écologie, racisme et colonialisme est démontré par de plus en plus de chercheurs ; ne pas considérer ce problème comme prioritaire, mais aussi ne pas considérer le nucléaire comme une énergie dangereuse à tous ces égards, c'est nous rendre indignes.

Soutenez-vous cette idée ?

Pour publier, vous devez être connecté
connectez-vous ou inscrivez-vous

    Thierry Avelez valide l'idée
    soutient l'idée de Arthur Vaugeois' Se positionner en faveur de la sortie du nucléaire je soutiens 2020-12-30 12:15:08 +0100
    Hadrien Bortot valide l'idée
    soutient l'idée de Arthur Vaugeois' Se positionner en faveur de la sortie du nucléaire je soutiens 2020-12-08 14:52:01 +0100
    maxdsb valide l'idée
    soutient l'idée de Arthur Vaugeois' Se positionner en faveur de la sortie du nucléaire je soutiens 2020-11-30 19:12:04 +0100
    maxdsb valide l'idée
    followed Se positionner en faveur de la sortie du nucléaire 2020-11-30 19:11:58 +0100
    lzagorac valide l'idée
    a écrit : Se positionner en faveur de la sortie du nucléaire 2020-11-29 13:05:41 +0100
    Cet espace de propositions est aussi un espace d’échanges.

    Bien sur que le nucléaire actuel pose aussi problème, tant en termes écologiques qu’en termes colonialistes, mais je réitère : l’arme nucléaire et le secret défense en sont la cause. Or, le traité de l’ONU relatif à l’interdiction complète de tout dispositif nucléaire militaire (TIAN) entrera en vigueur le janvier 2021 .

    Nous sommes donc obligés d’abandonner l’arme nucléaire et aujourd’hui deux programmes politiques le portent : le notre et celui d’EELV. Et si aucune de ces deux formations ne l’emportent à court terme ce n’est que partie remise. N’oublions pas en effet que le Traité de Non Prolifération (TNP) est entré en vigueur en 1970 mais que la France, qui ne jure aujourd’hui que par lui, ne l’a rejoint qu’en 1992. Et Mitterrand ne l’a pas fait de gaieté de cœur, juste parce que ne pas le faire n’était plus tenable : trop de nations l’avaient ratifié.

    Une énergie nucléaire débarrassée du militaire et de l’opacité inhérente au secret défense permettra à la société d’ensemble d’avoir un débat sain sur le devenir du nucléaire civil et de l’ensemble de notre mix énergétique.

    On le sait, la recherche n’est jamais neutre, mais le produit d’objectifs économiques et politiques arbitrés par le rapport de force capital/travail. Le monde capitaliste poursuit la recherche dans les énergies fossiles parce qu’elles offrent la meilleure rentabilité financière à court terme. Elle investit aussi dans les éoliennes et le photovoltaïque industriels qui offrent une piètre rentabilité énergétique mais une rentabilité financière de plus en plus forte, basée sur la privatisation de l’industrie de production d’électricité.

    Débarrassée de l’arme atomique, la recherche sur le nucléaire sera débarrassée du besoin de penser des solutions nécessitant la production de plutonium. On pourra pousser beaucoup plus loin les recherches sur le fusion (à froid ou à chaud) qui vont demander beaucoup de temps et des investissements financiers très importants.
    De même, nous devons pousser les investissements sur le moteur à hydrogène, la géothermie profonde etc

    Bref, autant je pense qu’il est indispensable de dépasser la fission nucléaire comme de dépasser le capitalisme, autant je pense que ce serait une erreur de condamner l’énergie nucléaire en tant que telle.
    arthur valide l'idée
    a écrit : Se positionner en faveur de la sortie du nucléaire 2020-11-28 23:38:56 +0100
    A l’intention d’Izagorac, je sais pas si l’on a la possibilité de répondre aux commentaires ;

    Les impacts sur les zones que vous avez évoqué, Tchernobyl et Fukushima, sont bien trop graves pour ne pas y voir une raison suffisante pour travailler en direction de la sortie de l’énergie nucléaire.

    J’espère que ma proposition ne laissait pas penser le contraire ; en effet, le nucléaire représente avec les énergies fossiles la principale source d’électricité en France aujourd’hui, mais la proposition est celle d’une transition énergétique, dont la sortie du nucléaire est un objectif à garder en vue. Il est dangereux de vouloir conserver le nucléaire, et sans sa sortie totale, même dans le secteur de l’énergie, le nucléaire militaire aura toujours une place. Fukushima et Tchernobyl ont tué, et les impacts se ressentent encore aujourd’hui, et se ressentiront encore demain : non seulement le nucléaire destiné à la production d’électricité tue, mais l’uranium est à l’origine de scandales néocoloniaux sans nom.

    En ce qui concerne les 8 milliards d’être humain, une distribution des richesses correcte et la fin de rapports de production tels qu’existant aujourd’hui, ainsi que la lutte contre le capitalisme, devraient suffire pour que tout le monde est un niveau de vie décent, même en l’absence d’énergie nucléaire.

    Retirer le nucléaire de l’équation dans le schéma que nous connaissons aujourd’hui n’est pas souhaitable ; et je pense, sans doute comme vous, que s’il était question d’en sortir, il serait aussi question de sortir du système actuel pour en repenser un nouveau. Après tout, c’est ce que nous faisons.
    lzagorac valide l'idée
    a écrit : Se positionner en faveur de la sortie du nucléaire 2020-11-28 23:17:29 +0100
    En 2019, le mix énergétique français en énergie finale comprend 65% d’énergie fossile, 20% d’électricité d’origine nucléaire et 15% d’origine renouvelable. Fossile + nucléaire = 85% du total. Il est illusoire de s’imaginer en finir avec les deux en même temps tout en garantissant un niveau de vie décent à toutes et tous.

    En dépit de Tchernobyl et Fukushima, l’électricité d’origine nucléaire ne saurait être considérée comme la principale menace écologique, ni en termes de réchauffement climatique, ni en termes d’anthropocène.

    Le nucléaire qui tue c’est le nucléaire militaire : au total, plus de 2000 essais nucléaires ont eu lieu sur la planète. Comment nier l’impact sur le vivant ? Les munitions à uranium appauvri sont devenues une norme. Là encore, crime écologique.

    Penser un 21ème siècle vivable, c’est commencer par bannir l’arme nucléaires comme ses déclinaisons. Penser un 21ème siècle vivable, c’est penser un mix énergétique qui se débarrasse des énergies fossiles tout en assurant un niveau de vie décent à 8 milliards d’humains.

    Le défi est suffisamment difficile en lui-même. Evitons de retirer de l’équation la technologie qui offre la meilleure efficacité énergétique.
    arthur valide l'idée
    a publié une idée Se positionner en faveur de la sortie du nucléaireRéussir la transition écologique 2020-11-27 14:01:49 +0100

Participer à la coopérative des idées
en 3 étapes

Inscrivez-vous

Pour partager vos idées, vous devez d’abord vous créer un compte : ça prend 2 secondes !

Publiez, partagez vos idées

Santé, travail, sécurité… Publiez et partagez vos idées dans les thèmes de votre choix

Voir les thèmes

Soutenez les bonnes idées

Voter pour soutenir
les meilleures idées en cliquant sur
"Je soutiens"

En savoir plus