PARTAGER

Travail : vers de nouveaux droits - France en commun

Porter l'exigence sociale à la Présidentielle

Les attaques contre une candidature communiste à l'élection présidentielle, pourtant à peine esquissée, venant y compris de l'intérieur de notre parti pour la saper, doivent nous rappeler que les étapes à franchir pour y parvenir seront tout sauf des formalités. Passer d'un candidat possible à un candidat déclaré et enfin à un candidat effectivement présent au premier tour dépendra en premier lieu de la dynamique militante et populaire que nous saurons (ou pas) créer et alimenter. Force est de constater que rien n'est écrit d'avance. Le déconfinement du Parti est une première urgence. Le succès des rassemblements du 10 octobre pour l'emploi montre que cela est possible. Il nous faut aussi renouer les liens avec chaque adhérent comme y a appelé très justement Fabien Roussel. Solidarité, fraternité riment aussi avec efficacité. Ceci posé, mettons-nous tous le même sens à cette candidature dont le principe a été validé majoritairement au 38 Congrès ? Probablement non, et c'est le débat démocratique qui nous aidera à en fixer les contours, sans a priori je l'espère. Notre pays vit en effet une situation inédite. Comme l'écrivait récemment Anicet Le Pors dans « l'Humanité » (13/11/20), « nous sommes aujourd'hui dans la phase de décomposition sociale d'une métamorphose incertaine ». Se hisser à la hauteur de cet enjeu, c'est le sens même d'une candidature qui peut aider à tracer un chemin dès lors qu'elle se fixerait l'ambition de : - porter des valeurs pleinement communistes. - populariser un projet de société dit de « développement humain » identifiant les ruptures de court terme et impliquant un dépassement du capitalisme. - promouvoir la paix et la sécurité universelles. Le 38 Congrès a précisé nombre de ces notions, il s'est prononcé par exemple en faveur d'une « appropriation sociale des moyens de production », « une sécurité d'emploi et de formation », « de nouvelles conquêtes sociales et écologiques ou « la sortie de l'Otan »... Des sujets restent à retravailler que nous avons identifiés. La question de la souveraineté nationale appelle notamment des réponses plus tranchées. La question sociale en particulier ne saurait être diluée dans un discours économique globalisant et parfois perçu comme éloigné des vécus réels quand ce qui fait sens commun aujourd'hui est le déclassement social. Quelles ruptures immédiates pour changer les vies ? Notre programme présidentiel pourrait entre autres s'inspirer du travail que je viens de publier aux éditions « le Geai Bleu ». Dans mon livre « Je vous le dois bien », je démontre en effet, à partir de mon expérience de militant, d'élu et de sénateur communiste ce que l’on pourrait faire immédiatement : - interdiction des licenciements boursiers en reprenant la proposition de loi du Groupe communiste au Senat datant de 2012 à laquelle il n'avait manqué que 4 voix (dont celle de J-P. Chevenement) pour être adoptée. - abrogation des lois Travail mais aussi de la loi Fillon II du 4 mai 2004 qui est à la base de l'inversion de la hiérarchie des normes dans le Droit du Travail et qui a conduit à la multiplication d'accords d'entreprises régressifs. - pénalisation jusqu'à leur extinction des temps partiels imposés que subissent très majoritairement les femmes (85%). - empêchement de la fraude massive du patronat sur les règles de recours à l'interim (précarisation massive du travail avec 30% à 40% d´intérimaires sur les chaînes de production). - révolution de notre système de santé sans oublier la santé au travail et les inégalités territoriales de santé. - plan d'urgence pour commencer à répondre aux défis du vieillissement (avec un triplement des plus de 85 ans d'ici 2050). ... En conclusion, cette élection présidentielle doit être un moment fort pour commencer à reconstruire une identité de classe commune à tous à cette classe de travailleurs aujourd'hui si éclatée mais qui peut, objectivement et si nous en relevons le défi, se rassembler sur des exigences communes appelant au dépassement du capitalisme. Dominique Watrin. Pas-de-Calais Section de Rouvroy.

Soutenez-vous cette idée ?

Pour publier, vous devez être connecté
connectez-vous ou inscrivez-vous

Participer à la coopérative des idées
en 3 étapes

Inscrivez-vous

Pour partager vos idées, vous devez d’abord vous créer un compte : ça prend 2 secondes !

Publiez, partagez vos idées

Santé, travail, sécurité… Publiez et partagez vos idées dans les thèmes de votre choix

Voir les thèmes

Soutenez les bonnes idées

Voter pour soutenir
les meilleures idées en cliquant sur
"Je soutiens"

En savoir plus