PARTAGER

L’École en commun - France en commun

Pour le retour d'une vraie et authentique école de la République

Il est temps de restituer toute l'importance du métier de professeur et son poste de fonctionnaire de la République. D'abord il faut embaucher des professeurs en CDI et non pas en CDD. On est très nombreux à souhaiter un plan d'embauche massif et surtout un plan de titularisation massif afin de stopper les impasses administratives de recherche infructueuse de profs en urgence. Il faut également revaloriser les salaires, nous sommes en Europe parmi les profs qui sont les plus mal payés et les plus mal considérés. Il faut transformer et moderniser les méthodes de recrutement des enseignants : le CAPES est une impasse (on aimerait bien comprendre quel est le rapport entre les révolutions anglaises et les formes de rébellions nobiliaires et populaires en France de 1640 à 1780 et les programmes de 5e - 4e) pourtant c'est bien avec ces thèmes là qu'on est formé. On aimerait bien être mieux formé à l'INSPE surtout qu'on se retrouve devant un chef qui peut potentiellement écrire dans notre évaluation professionnelle qu'on manque de pédagogie et demander une procédure de suivi (mais c'est pour aider encore heureux). Il faut restituer une autorité de l'enseignant : Mohamed Merah, les frères Kouachi, Amedy Koulibaly sont des gens qui ont passés 12 ou 13 ans sur les bancs de l'école républicaine, c'est un échec je pense le plus abominable de penser que l'école n'a pu empêcher qu'un...jeune homme saisisse une petite fille de huit ans par les cheveux et lui tire une balle dans le tête parce-qu'elle était juive. Et ça malheureusement nous aurions pu le voir venir, par exemple en étant vigilant sur la formation des enseignants en indiquant qu'il y a une liberté pédagogique mais qui a tout de même une limite : le professeur doit avoir conscience qu'il est un fonctionnaire et qu'en tant que tel il a un devoir de réserve et ne représente pas un système neutre. Notre système porte des valeurs, le professeur représente la République devant ses élèves et doit en être exemplaire, même chose pour l'élève (l'élève doit être exemplaire devant le professeur et avoir conscience qu'il a la République Française en face de lui). Ensuite il faut vraiment arrêter d'imposer des apprentissages (le fameux socle commun) en nivellant tout vers le bas et en pensant que les lettres modernes, les sciences naturelles ou l'histoire-géo ne sont qu'un décor destiné à transmettre des apprentissages. Non. L'Histoire doit être enseignée comme une fin en soi. Même chose pour la Géographie, même chose pour les autres matières définies dans le socle commun. Et pour les cycles 2 et 3 il faut VRAIMENT revenir aux méthodes inductives et non pas déductives. L'apprentissage de la langue française ne peut pas se faire sur la base déductive (ou alors on diminue drastiquement l'alphabétisme dans ce pays...oups on est loin des idéaux révolutionnaires inventés par Condorcet). Je vais reprendre pour conclure les mots du père de Lise Bonnafous (cette collègue qui s'était immolé par le feu devant ses élèves à Béziers) : "Ma fille était certes devenue fragile mais elle restait un excellent professeur de mathématiques et aurait pu continuer à exercer. Son message désespéré était le suivant : il faut restituer une vraie et authentique école de la République, celle où prime les valeurs de civisme et de travail, celle où l'enfant du peuple peut devenir fils de roi".

Soutenez-vous cette idée ?

Pour publier, vous devez être connecté
connectez-vous ou inscrivez-vous

Participer à la coopérative des idées
en 3 étapes

Inscrivez-vous

Pour partager vos idées, vous devez d’abord vous créer un compte : ça prend 2 secondes !

Publiez, partagez vos idées

Santé, travail, sécurité… Publiez et partagez vos idées dans les thèmes de votre choix

Voir les thèmes

Soutenez les bonnes idées

Voter pour soutenir
les meilleures idées en cliquant sur
"Je soutiens"

En savoir plus